Decorado

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives
 

« Le monde est un merveilleux théâtre, il est dommage que le casting y soit déplorable. »

decorado

 

Tel est le postulat de départ Decorado de Alberto Vázquez réalisé en 2016, et cette vision pessimiste de la société est confirmée par toute la suite du court-métrage.

Composé d’une succession de scénettes entrecoupées du refrain « Decorado » signifiant « décor » en espagnol, ce film raconte principalement l’histoire d’un ours en peignoir empreint de doutes existentiels. Il se questionne sur l’authenticité du monde qui l’entoure et ses interrogations semblent fondées sur de nombreux indices: le chant des oiseaux est celui des notifications Twitter, la voix de sa femme est celle d’un synthétiseur vocal, un personnage ressemblant à un Donald Duck déchu fait irruption chez lui pour faire des placements de produits, etc…

De plus formellement, les personnages, qui sont surtout des animaux anthropomorphiques, se détachent du décor par la différence de traitement graphique. Malgré l’unité qu’apporte le noir et blanc, les fonds sont réalisés à partir de gravures réalistes, qui renvoient à une esthétique du conte traditionnel et en particulier au travail de Gustave Doré. En revanche les protagonistes sont dessinés numériquement de façon très stylisée et simplifiée avec un trait presqu’enfantin.

 

 

En dépit des apparences, ce film n’a rien d’un conte pour enfant, les thèmes abordés sont durs tels que la mort et le harcèlement,  les personnages sont cruels et le ton est à la fois sombre et drôle, ce qui crée un certain malaise.

À travers son personnage principal qui brise le quatrième mur, ce film remet en question l’acceptation de l’univers de fiction. Sous ses aspects de conte, il se dégage une satire de la société actuelle et des artifices bien présents dans notre réalité à l’heure des réseaux sociaux.

Un autre court-métrage présent sur le DVD permet d’en connaître d’avantage sur l’univers du réalisateur Alberto Vázquez aussi auteur de BD, influencé par Roland Topor et Dave Cooper, qui fait aussi cohabiter la naïveté de l’enfance avec la noirceur.

L.

OPAC Recherche Simple