ajar 2

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Dans ce monologue, un homme mystérieux affirme être le fils d'Emile Ajar, pseudonyme sous lequel Romain Gary a écrit notamment La vie devant soi. Cet enfant de père inventé demande à celui qui l'écoute : es-tu le fils de ta lignée ou celui des livres que tu as lus ? En interrogeant la filiation et le poids des héritages, il revisite l'univers de l'écrivain, celui de la Kabbale, de la Bible, de l'humour juif... mais aussi les débats politiques d'aujourd'hui, enfermés dans les tribalismes d'exclusion et les compétitions victimaires. Et si Gary/Ajar étaient les meilleurs antidotes aux obsessions identitaires et mortifères du moment ?

Tellement lucide ! Tellement intelligent et drôle !

Lucie

9782748526080 1 75

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Quatre ados en cavale, en quête de leur part d'humanité. À la moindre émotion, la petite sœur d'Esteban est en danger : elle vit avec un cœur artificiel bas de gamme. En 2030, le marché propose pourtant des organes performants et sûrs, fabriqués par la société Organic... encore faut-il pouvoir se les payer. Désespéré, Esteban kidnappe Leila, une jeune fille célèbre car " artificielle " à 96 %, ainsi que Noah, le riche héritier d'Organic. Le deal ? Il relâchera les otages s'il obtient un nouveau cœur pour sa sœur. Commence une nuit de cavale sur les routes de France, retransmise en direct sur les réseaux sociaux.

Livre vraiment bien. Histoire bien ficelée. Utopie ou dystopie qui fait ouvrir les yeux sur les danger de l'intelligence artificielle. Livre qui se lit d'une traite sans difficulté. L'auteur est capable de tenir en haleine ses lecteurs sans problèmes. A lire si vous avez deux jours devant vous, je recommande !!!

Marine

idiss

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

J'ai écrit ce livre en hommage à ma grand-mère maternelle, Idiss. Il ne prétend être ni une biographie, ni une étude de la condition des immigrés juifs de l'Empire russe venus à Paris avant 1914. Il est simplement le récit d'une destinée singulière à laquelle j'ai souvent rêvé.Puisse-t-il être aussi, au-delà du temps écoulé, un témoignage d'amour de son petit-fils.

Très beau témoignage, une page d'histoire. Émouvant...

005357202yyii

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Ces 12 nouvelles racontent le Nigeria d'aujourd'hui, essentiellement à travers des destins de femmes. Elles illustrent les troubles sociaux et politiques qui poussent les jeunes à la délinquance (Cellule un), les tensions ethniques et religieuses (Une expérience intime), la répression de 1967 (Fantômes), la réalité de l'émigration vers l'Amérique (Le tremblement).

Inattendu et très beau.

Sandrine

decaunes perso

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Petit, Antoine de Caunes maîtrisait mal le français. D'ailleurs, chaque fois qu'on lui demandait son avis, il avait la fâcheuse habitude de répondre par un triple pléonasme :b"Moi, personnellement, je...". Aujourd'hui, sa pratique de la langue s'est considérablement affinée. Mais il a toujours un avis sur tout, sur des sujets aussi divers que la preuve de l'existence de Dieu ou la réévalution des montants compensatoires. Et il n'hésite pas à aller labourer de son soc volontaire des terres plus intimes. Dans ce livre, il sera question de rencontres interlopes, d'amours musicales, d'amis imaginaires, de vacances, de famille, de clowns, d'armes à feu, de marée basse, de gradés, de dégradés, de chevaux, d'hommes de peu de foi et d'hépatiques. Ou encore d'un chapeau. Rassurez-vous, il ne s'agit pas de ces austères mémoires qui encombrent librairies et bibliothèques. Plutôt de modestes exercices de style, narrant des histoires plus ou moins drôles et saugrenues, avec ce sens du raccourci qui caractérise l'homme sentant le premier frimas de l'automne de sa vie. Voilà, en un mot, l'objet de cet ouvrage tant attendu (surtout par son auteur), dont le titre, par sa sobriété, résume tout.

Sur un ton mordant et nostalgique. Une plongée agréable dans l’univers unique d’Antoine de caunes.

Lucie

pauline paris

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Ce roman-photo dresse le portrait de Joséphine, la grand-mère de l'auteur. Celle-ci, plongée dans ses souvenirs, évoque à son tour la vie d'une dénommée Pauline, de sa condition de bonne dans le Paris de la Belle Epoque à sa mort dans les années 1950, en passant par son mariage avec un veuf plus âgé amateur de Victor Hugo, la Grande Guerre, l'Occupation et la Libération.

Quelle heureuse surprise et quel bonheur de retrouver les romans-photos de l'époque de nos grands-mères, et en mieux ! Une histoire riche d'histoires parallèles.

Sandrine

L integral Les enfants de la Terre large

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Lors de la dernière glaciation qu'ait connue la Terre, il y a plus de 30 000 ans, une petite fille de cinq ans, Ayla, voit tous les membres de sa tribu disparaître dans un tremblement de terre. Seule dans un monde peuplé de dangers, elle erre longtemps avant d'être recueillie par un clan étranger. Injustement chassée par le Clan, Ayla parcourt les steppes désolées du nord de l'actuelle mer Noire et finit par trouver refuge dans une vallée où vit une horde de chevaux sauvages. Elle y fait d'extraordinaires découvertes et parvient à percer le secret du feu. Ayla a rencontré Jondalar dans la Vallée des Chevaux. Forts de leur alliance et de leurs savoirs partagés, ils vont à la découverte de nouvelles contrées et des êtres qui les peuplent.

Exceptionnel ! Mon coup de cœur.

Nadine

9782505082545 couv

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Washington, 1937. John Clarke, journaliste photo-reporter de 22 ans, est engagé par la Farm Security Administration, l'organisme gouvernemental chargé d'aider les fermiers victimes de la Grande Dépression. Sa mission : témoigner de la situation dramatique des agriculteurs du Dust Bowl. Située à cheval sur l'Oklahoma, le Kansas et le Texas, cette région est frappée par la sécheresse et les tempêtes de sable plongent les habitants dans la misère. En Oklahoma, John tente de se faire accepter par la population. Au cours de son séjour, qui prend la forme d'un voyage initiatique, il devient ami avec une jeune femme, Betty. Grâce à elle, il prend conscience du drame humain provoqué par la crise économique. Mais il remet en question son rôle social et son travail de photographe...

A la fois un témoignage d'une période de l'histoire des Etats-Unis, une critique écologique qui prends encore plus de sens avec la crise climatique d'aujourd'hui et une critique sur la photographie et comment on fait passer un message quitte à modifier un peu la réalité. Vraiment une superbe BD très immersive avec de très belles planches et quelques vraie photos historiques.

Mickael