arrete

Quand j'étais enfant, ma mère ne cessait de me répéter : " Arrête avec tes mensonges. " J'inventais si bien les histoires, paraît-il, qu'elle ne savait plus démêler le vrai du faux. J'ai fini par en faire un métier, je suis devenu romancier. Aujourd'hui, voilà que j'obéis enfin à ma mère : je dis la vérité. Pour la première fois. Dans ce livre. Autant prévenir d'emblée : pas de règlement de comptes, pas de violence, pas de névrose familiale. Mais un amour, quand même. Un amour immense et tenu secret. Qui a fini par me rattraper.

L'histoire d'un premier amour. Très beau.L.

 

anoki

L'histoire nous conte la quête d'un jeune esquimau, Anoki, parti à la recherche du mystérieux Grand Blanc, un ours légendaire du pays des glaces.

Voilà pour l'histoire. J'ai piqué le résumé sur Babelio -très bon site- car je ne suis pas doué pour les résumés. Ce que je pourrais vous dire par contre, c'est qu'en lisant cet album à mon enfant, j'ai été ému. Emu par sa poésie, ému par la beauté plastique de l'ouvrage, ému par sa capacité à nous emporter dans un monde magnifique de noir de blanc et d'étoiles, de froid mystère, riche de possibles. Quelques minutes après, on a l'impression d'avoir fait un long voyage.



Olivier

aokk

Jérôme, lycéen comme tant d'autres, découvre que son grand-père a fait la guerre d'Algérie... Mais ce dernier est victime d'un AVC et sa mémoire lui fait défaut. Le jeune homme réalise alors l'urgence de recueillir la parole des anciens combattants. Le grand-père et le petit-fils vont enquêter, ensemble, pour recoller les morceaux et réunir les souvenirs des hommes que le vétéran a croisé en Algérie... Par les auteurs d'"Algériennes 1954-1962" (Marabout 2018). Ce deuxième volet retrace le parcours d'hommes pendant la guerre d'Algérie, soldats et citoyens, français et algériens en miroir au premier volet qui retraçait le destin des femmes : les personnages sont fictifs mais toujours inspirés de faits réels.

algerie

Sur le même principe qu"Algériennes, 1954-1962", Swann Meralli nous plonge dans un passé encore très douloureux pour les français et les algériens. Avec intelligence et finesse, il nous expose tous les points de vue d'une histoire fraternelle et déchirée.

Lucie

gallmeister

Dans l’État brumeux de Washington, Isaac traverse seul le deuil de son fils adolescent, Daniel, assassiné par son meilleur ami Jonah. Ce dernier se suicide et le monde de sa mère Lorrie s’effondre à son tour. Il n’y a aucune explication à ce drame. Isaac et Lorrie, autrefois amis, s’évitent telles des ombres séparées par leurs pertes incommensurables. Jusqu’à l’apparition soudaine d’une sans-abri de seize ans, enceinte. Recueillie par Isaac, accompagnée par Lorrie, Evangeline devient un rai de lumière dans leur vie. Mais une révélation éclate : la jeune fille avait croisé le chemin des garçons la semaine du meurtre. Tous trois devront confronter leurs souvenirs douloureux. Car comprendre le passé est leur seule chance de pouvoir se tourner vers l’avenir.

Peu de grands espaces dans ce roman, mais une immense palette d’émotions et de situations. Il serait aisé de verser dans le manichéisme, avec une histoire comme celle-ci… Et pourtant, c’est tout l’inverse qui se produit. Un récit d’une grande délicatesse, fait de rencontres, de pertes, de deuils. D’abandon, d’amour, de haine. De petites victoires. Un subtil suspense, aussi. Et une bonne grosse dose de tout ce qui fait l’humanité, de son pire à son meilleur.

Audrey

lesly

Vous n'avez jamais croisé de gnoll ? Vous connaissez les wywernes au moins ? Non ?!!? Pas de soucis, Lesly est là pour vous faire découvrir toutes les étranges créatures qui peuplent les souterrains crasseux du Château de la Flippe... et ces bestioles, elle les connaît bien, c'est elle qui est en charge de l'entretien des oubliettes depuis qu'elle sait marcher ! Alors quand le prince Ingo et la princesse Iphigénie Larkspur, héritiers de la maison royale, veulent visiter les sous-sols du château, Lesly est réquisitionnée... C'est le début d'une folle aventure pour notre héroïne et son étrange lanterne qui parle ! Mais gare à vous : ne vous approcher pas trop près du Puits obscur, vous n'y survivrez pas !!!

Histoire sympathique et originale de cette jeune fille et de son petit "monstre" compagnon. L'intrigue est bonne et très compréhensible pour des enfants de 8 ans (j'ai testé). Contrairement à ce qu'on peut penser, les créatures sont bien méchantes mais pas effrayantes pour le lecteur.

Etienne

mon petit monde

Le monde est plus fascinant que ce que tes yeux te montrent. Des minuscules êtres vivants, invisibles à l’œil nu, sont partout ! Dans ton corps, vivent des milliards de bactéries qui jouent un rôle essentiel pour ta santé. Un étonnant voyage à la découverte de ton petit monde microscopique.

Imaginez, vous êtes vous-même un monde, peuplé de milliards de bactéries différentes, qui vivent, agissent, meurent ou déménagent dans votre corps. Ca donnerait presque le vertige de l'infiniment petit.

Un album que je conseillerai aux enfants mais aussi aux adultes qui ne savent pas ce que veut dire "microbiote". Quelle prouesse pour les auteurs de parler d'un sujet scientifique d'actualité, et le vulgariser avec beauté, en quelques pages. Cela m'a donné envie d'en savoir beaucoup +.

Peut-être que cela aura le même effet sur vous et votre enfant ?

Olivier

ueurs
Dans la tête d'une enfant sous l'emprise d'un pédophile: un roman vertigineux et cru, porté par le talent magistral de Claire Castillon.
« Tu es fermée comme une outre, me dit maman. Toute floue, Lili. Et puis fuyante. Il se passe quelque chose, dis-moi. On t'a fait un sale coup ? Je peux t'aider ? Je te dépose au collège ? » Outre noire. Peinture. Soulages. Cours d'art plastique avec Mme Peynat en salle 2B. Concentre-toi, Lili. Trouve la solution. Il y a toujours une voie de réchappe. Les mamans savent, à peu près. D'instinct, elles devinent. À peu près. La mienne sait que dans sa fille quelque chose ne marche plus.
 
Claire Castillon avec une pudeur et une délicatesse extrême nous raconte l'indicible.
Ce roman est émotionnellement intense et nous met à la place de l'enfant qui subit.
Je ne peux que le conseiller, et le re-conseiller, car c'est une lecture essentielle.
 
L.
 
 

tous ceux

Fin août 1572. A Paris, des notaires dressent des inventaires après décès, enregistrent des actes, règlent des héritages. Avec minutie, ils transcrivent l'ordinaire des vies au milieu d'une colossale hécatombe. Mais ils livrent aussi des noms, des adresses, des liens. Puisant dans ces archives notariales, Jérémie Foa tisse une micro-histoire de la Saint-Barthélemy soucieuse de nommer les anonymes, les obscurs jetés au fleuve ou mêlés à la fosse, à jamais engloutis. Pour élucider des crimes dont on ignorait jusqu'à l'existence, il abandonne les palais pour les pavés, exhumant les indices d'un massacre de proximité, commis par des voisins sur leurs voisins. Car à descendre dans la rue, on croise ceux qui ont du sang sur les mains, on observe le savoir-faire de la poignée d'hommes responsables de la plupart des meurtres. Sans avoir été prémédité, le massacre était préparé de longue date - les assassins n'ont pas surgi tout armés dans la folie d'un soir d'été. Au fil de vingt-cinq enquêtes haletantes, l'historien retrouve les victimes et les tueurs, simples passants ou ardents massacreurs, dans leur humaine trivialité : épingliers, menuisiers, rôtisseurs de la Vallée de Misère, tanneurs d'Aubusson et taverniers de Maubert, vies minuscules emportées par l'événement.

Cet essai historique est une vraie pépite ! L'auteur tire des archives les visages et les vies d'une vingtaine de protestants parisiens. Ils furent massacrés par milliers fin août 1572 et les corps jetés dans la Seine. Qui sont ces malheureux ? Qui sont leurs bourreaux ? Pourquoi un massacre d'une telle ampleur ? Ce livre se lit comme un roman, fluide tout en conservant toujours une rigueur historique.

Christelle