Couv 248448

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Tentés par Satan, Adam et Eve sont chassés du paradis. D'après le poème de John Milton (1608-1674) publié pour la première fois en 1667.

C’est une grande œuvre, voilà c’est dit. Il faut dire que le dessinateur espagnol Pablo Auladell a choisi d’adapter le poème épique de John Milton « Le paradis perdu », qui traite lui-même de l’acte II de la Genèse. Nous sommes donc dans le grandiloquent. Eh bien l’illustration est à la hauteur du texte, ou plutôt il le porte dans une autre dimension, celle de l’auteur précisément, qui est nourrie de Renaissance et autres grandes toiles. 

Olivier

stupor

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Au début du XIIIe siècle, Hannibal Qassim El Battouti, un éminent savant arabe, débarque dans les Pouilles à Castel del Monte, refuge d'érudits en tout genre. Accompagné de sa fille Houdê, paralysée, et de El Ghoul, son serviteur masqué, il a dans ses bagages une invention extraordinaire : la photographie. Pour obtenir la protection de Frederic II et continuer ses recherches, il lui faudra retrouver une formule chimique disparue, réaliser un faux saint-suaire... et lutter contre les forces ennemies liguées contre lui. 

Ne passez pas à côté de cette bd en raison du dessin qui pourrait vous déplaire, à première vue. L’histoire est passionnante, le livre se dévore et possède plusieurs niveaux de lecture. Voilà, on vous propose ici une belle aventure doublée d’une réflexion sur la place de l’image dans les sociétés modernes, tiraillée entre progrès et respect des traditions, un peu comme dans « Le Nom de la Rose ». C’est déjà pas mal, non ?  

Olivier

le tambour de la moskova le tambour de la moskova

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Vincent en est sûr : l'Empereur lui a souri. Tout le monde lui sourit, d'ailleurs. Avec sa frimousse d'ange, le jeune tambour est la seule lueur d'espoir qui subsiste dans l'univers absurde de la désastreuse campagne de Russie menée par Napoléon. Un dernier reste d'innocence, choyé et protégé par son entourage, à l'heure où la plus grande armée que le monde ait jamais connue continue de marcher à sa perte. 

Une des grandes œuvres de Simon Spruyt, où le lecteur est plongé dans la campagne de Russie napoléonienne. Une guerre absurde et cruelle avec pour témoin Vincent, jeune tambour à la gueule d’ange, qui raconte ses périples à un mystérieux personnage russe. Avec ce livre, vous pourrez admirer des aquarelles de toute beauté qui hanteront vos pensées pendant plusieurs jours.

Olivier

 

grosse

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Ce qui gêne tant les gens, c'est mon poids : 150 kg pour 1,53 m. Après avoir été méprisée pendant des années, j'ai décidé d'écrire pour ne plus m'excuser d'exister. De là est née cette enquête journalistique dans laquelle j'affronte mes tabous et mon passé, et où je décortique le traitement que la société - professionnels adeptes de la chirurgie de l'obésité, magazines féminins, employeurs - réserve aujourd'hui aux grosses

Très bonne autobiographie. Ce témoignage nous explique la vie d'une personne en situation d'obésité de nos jours. Du regard de l'autre à celui qu'on se renvoie, nous avons tous les détails de ce à quoi sont confrontés les personnes obèses.

Marine

Les Indes fourbes

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Fripouille sympathique, don Pablos de Ségovie fait le récit de ses aventures picaresques dans cette Amérique qu'on appelait encore les Indes au siècle d'or. Tour à tour misérable et richissime, adoré et conspué, ses tribulations le mèneront des bas-fonds aux palais, des pics de la Cordillère aux méandres de l'Amazone, jusqu'à ce lieu mythique du Nouveau Monde : l'Eldorado ! 

Je vais être très bref : je ne suis pas allé jusqu’au bout. Pourtant tout était fait pour me plaire : l’aventure, le périple, le côté « roman d’apprentissage », picaresque, mais rien n’y a fait. Je n’aime déjà pas beaucoup le dessin, très détaillé au demeurant, mais c’est plutôt le traitement des personnages qui m’a ennuyé. Aucune profondeur, on reste à la surface, même les gags sont un peu attendus. Je ne vais pas en parler plus longtemps car je sais que beaucoup, beaucoup de lecteurs ont adoré. Et tant mieux, car c’est très loin d’être une mauvaise bd. J’attends vos commentaires lol.

Olivier

arton30687 eaf6c

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Traversant Bruxelles-City d'un pas hésitant, ignorant les conseils d'un vieux sage, B cherche A. Garçonne, venue en calèche, sourde aux avertissements d'une comparse de voyage, A cherche B. A l'Hôtel Métropolis, A se cacherait sous le doux nom d'Incartade. B, enchaîné à un poteau, capturé par des Indiens de cinéma, ne peut que la voir s'échapper à l'horizon. Leur quête se poursuit jusqu'à ce qu'ils se retrouvent, s'abandonnant ensemble dans une profonde intimité, ouvrant la voie à un amour intense, absolu 

Blutch.  

Ça devrait suffire pour les connaisseurs, non ?  

Pour celles et ceux dont c’est le premier Blutch. Attention : c’est un peu perturbant, au début. Comme le cinéma de la Nouvelle vague en son temps, l’auteur ne suit pas de fil narratif précis, les scènes sont le plus important ici, les situations. Et autant vous dire qu’elles sont de plus en plus étranges, ces situations. Il est fort possible qu’on ne comprenne rien, même à la fin. 

Mais qu’est-ce que c’est beau. 

Olivier

ile des ames

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Depuis plusieurs décennies, la Sardaigne est le théâtre de meurtres rituels sauvages. Enveloppés de silence, les corps de jeunes filles retrouvés sur les sites ancestraux de l'île n'ont jamais été réclamés. Lorsque les inspectrices Mara Rais et Eva Croce se trouvent mutées au département des "crimes non élucidés" de la police de Cagliari, l'ombre des disparues s'immisce dans leur quotidien. Bientôt, la découverte d'une nouvelle victime les place au centre d'une enquête qui a tout d'une malédiction. De fausses pistes en révélations, Eva et Mara sont confrontées aux pires atrocités, tandis que dans les montagnes de Barbagia, une étrange famille de paysans semble détenir la clé de l'énigme. La première enquête de Mara Rais et Eva Croce nous plonge dans les somptueux décors de la Sardaigne, au coeur de ténèbres venues du fond des âges.

Deux histoires entre le présent et le passé qui se chevauchent, qui s'affrontent dans l'horreur.Comment garder les forces occultes de la famille clanique soudé dans un monde régi par les forces virtuelles ?Un roman qui garde en haleine du début jusqu'à la fin...

Françoise

Papa Zoglu vert pet 2

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Dans un Moyen-Âge de fiction, il était une fois Zoglu, un jeune garçon à moustache, élevé par une sorcière. À l'âge de 7 ans, en même temps que celle-ci lui apprend que sa mère biologique est une vache, elle le met à la porte, et le petit Zoglu décide alors de partir à sa recherche. Le début d'une épopée fantastique et loufoque qui le verra rencontrer d'étranges personnages. 

Simon Spruyt est un auteur de bd belge qui pratique l’aquarelle avec une finesse rare que j’apprécie beaucoup, presqu’autant que le flamand Brecht Evens, dont je vous recommande chaudement les ouvrages. Dans cette bd, l’auteur parodie le style des enluminures médiévales avec une bonne dose d’irrévérence et d’humour. C’est beau et on rit beaucoup : ça ne vous suffit pas ?  

Olivier